- Page 3

  • Aide à domicile : les associations tirent la sonnette d’alarme !

    Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue lundi dernier, le collectif rassemblant les acteurs de l'aide à domicile, dont l'APF, a alerté sur la situation dégradée pour les services aux personnes.

     

    Pour seuls résultats, des rapports commandés par le gouvernement qui sont enterrés et la suppression d'exonérations de charges, dont la réelle économie reste à vérifier au vu du coût social à venir.

     

    Les associations ont rappelé que ce secteur était sous tension et ont dénoncé des réponses inexistantes ou contre productives, avec une question grave sous-tendue par cette situation : est-ce la fin annoncée d'un secteur économique créateur d'emploi et de cohésion sociale ?

    Pour lire le dossier de presse, cliquez ici .

  • La Convention ONU sur le handicap ratifiée par l’UE !

    Le 23 décembre dernier, l'Union Européenne a ratifié la Convention ONU relative aux droits des personnes handicapées.

     

    Cela constitue réellement un évènement car 11 des 27 États membres ne l'ont pas encore ratifiée (bien que signée) : Bulgarie, Chypre, Estonie, Finlande, Grèce, Ireland, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne et Roumanie.

     

    Deux petites ombres au tableau toutefois même si c'est une grande première pour l'UE : l'existence d'une réserve concernant la question de l'emploi et la ratification du protocole optionnel qui est reportée.

     

    Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du CFHE en cliquant ici.

  • Un père mis en examen et écroué pour l'assassinat de sa fille handicapée

    MELUN — Un père a été mis en examen pour assassinat et écroué mercredi soir, après le décès par étouffement de sa fille handicapée de six ans deux jours plus tôt dans leur domicile de Seine-et-Marne.

     

    Présenté dans la soirée à un juge des libertés et de la détention (JLD), il a été placé sous mandat de dépôt, conformément aux réquisitions du parquet.

     

    Les faits se sont déroulés dans le pavillon familial de Boulancourt, un petit village du Gâtinais, près de Nemours. Lors de son audition par les gendarmes, cet homme a reconnu avoir étouffé sa fille unique, "polyhandicapée", souffrant de "difficultés de paroles" et d'un handicap moteur l'obligeant à être en fauteuil.

     

    Il a expliqué aux enquêteurs que s'occuper d'elle était "devenu une charge trop lourde", a indiqué une source judiciaire. Selon une source proche de l'enquête, le père, dont l'épouse est dépressive, a également reconnu qu'il "y avait déjà pensé".

     

    La fillette était "bien prise en charge", avec des "parents aimants", selon cette source. "Scolarisée en institut spécialisé pour jeunes handicapés", elle "rentrait chez elle tous les soirs".

     

    Mis en examen pour "assassinat sur mineur de moins de 15 ans par ascendant", le père encourt la perpétuité. Les motivations qui l'ont conduit à passer à l'acte n'ont pas été révélées.

     

    Si les les circonstances exactes du cas de Boulancourt ne sont pas connues, de tels cas d'infanticides de jeunes handicapés émeuvent régulièrement l'opinion.

     

    Comme l'avait reconnu le procureur de Rennes, Hervé Pavy, après la mort d'une fillette à Saint-Malo en août, "la justice humaine est un peu désarmée" face à de tels drames. Evoquant la mère de cette fillette, le magistrat avait reconnu que son acte présumé pouvait être "qualifié d'assassinat, mais aussi d'acte de désespérance".

     

    Les assises se montrent en règle générale clémentes pour ces homicides d'enfants handicapés, ne prononçant qu'exceptionnellement des peines de prison ferme contre les parents.

     

    En 2008, l'affaire Lydie Debaine avait été très médiatisé. Acquittée en première instance, cette mère "exemplaire" selon son avocate, avait été condamnée en appel à deux ans avec sursis pour avoir donné plusieurs cachets d'anxiolytiques à sa fille Anne-Marie, 26 ans, avant de la plonger dans une baignoire le 14 mai 2005 à Groslay (Val-d'Oise).

     

    En 2006, âgée de 80 ans, Léonie Crevel avait été condamnée à la même peine à Rouen après avoir expliqué avoir voulu "mettre fin aux souffrances" de sa fille de 41 ans.

     

    En 2008, une mère de 58 ans avait entendu l'avocat général des assises de la Meuse demander aux jurés de "retenir la main gantée de la justice" au moment de la condamner pour avoir étranglé son fils autiste et malvoyant de 26 ans.

     

    L'affaire du jeune tétraplégique Vincent Humbert, qui avait demandé à mourir, et le combat de sa mère Marie, avaient ému la France au début des années 2000, suscitant un débat sur l'euthanasie et le vote de la loi d'avril 2005 sur le "droit au laisser mourir". Un temps inquiétée par la justice pour avoir tenté de provoquer la mort de son fils en injectant des barbituriques dans une perfusion, Marie Humbert avait bénéficié d'un non-lieu.

     

    D'après l'AFP

  • Vers un accompagnement sexuel des personnes handicapées?

    La ministre de la Solidarité et de la Cohésion sociale, Roselyne Bachelot a, selon Libération, été interrogée lors d'une conférence de presse au sujet de la proposition de loi sur la possibilité d'un recours à des assistants sexuel pour des personnes handicapées qui devrait être déposée en 2011.

     

    Elle a alors répondu : "J’y suis rigoureusement, formellement, totalement opposée", et d'ajouter : "Vous pensez que la ministre en charge du droit des femmes va soutenir un truc pareil ?"

     

    En quelques mots elle a résumé ce que pense encore une majorité de personnes en France qui sont contre ou qui ne comprennent pas. Mais contrairement à la position de Madame Bachelot, d'un point de vue politique, les choses commencent à évoluer dans le sens d'une prise de conscience et de la reconnaissance d'un besoin irréversible. D'ailleurs, politiquement, l'affaire est en très bonne voie et l'année 2011 devrait être importante.

    510NX974NNL__SS500_.jpg

    Pour en savoir plus sur ce sujet :

    • Personnes âgées et personnes handicapées : approches de la sexualité.

    La sexualité des personnes handicapées est une question de société, qui interpelle les pouvoirs publics. Ce numéro spécial est consacré à cette problématique, un chapitre porte particulièrement sur la sexualité des personnes handicapées vieillissantes.

     

    P. Pitaud, Au fil du mois, n° spécial, CREAI PACA et Corse, 84 pages.

     

    Plus d’informations : cliquez ici . 

    • Le CREAI Rhône-Alpes et l’Ireps coordonnent une journée d’étude sur la vie affective et sexuelle des personnes handicapées : d’un droit à une réalité… Elle se déroulera le 23 février à Lyon.

       

      Voir le programme et télécharger le coupon d’inscription : en cliquant ici 

     

     

  • Colloque 23 novembre

    Le colloque "Accessibilité pour tous... où en sommes-nous ?" s'est tenue le 23 novembre dernier.

     

    Cette manifestation, organisée par la DDT77/SIDDTS/ Unité Règlementation Construction Durable -avec la participation technique du CAUE 77 et du BTP 77- a été le cadre de présentations riches et variées.

     

    Les documents présentés en séance sont maintenant en ligne sur le site INTERNET de la DDT 77.

    C'est pourquoi, je vous invite sans plus attendre à venir les découvrir, à la rubrique "Développement Durable/Accessibilité".

     

     

    Pour votre confort et pour arriver directement sur les sujets disponibles, je vous propose de suivre le lien "Journées Territoriales de l'Accessibilité".

     

    Un autre accès est possible, dans "Actualités" en page d'accueil du site.

    Les actes du colloque seront en ligne courant janvier.

     

    Par ailleurs, veuillez trouver ci-joint le rapport de synthèse  et les rapports des 3 ateliers réunis le 23 septembre  pour la préparation de ce colloque: CR_ atelier__transport_ JTA_23_09_10.pdf ; CR_atelier_voirie_JTA_ 23_09_2010.pdf ; JTA_atelier_cadre_bâti 23 sept 2010 -1.pdf ; Rapport_synthèse_JTA_27_05_10.pdf

     

     

    Nous vous remercions  pour votre participation et votre implication lors de ces journées de préparation qui ont permis la réalisation d'un programme de qualité  pour ce colloque.