Prestation de compensation du handicap : une avancée significative qui doit en appeler d’autres !

 

Alors que l’Assemblée nationale a adopté mercredi une proposition de loi visant à améliorer la prestation de compensation du handicap (PCH), nous tenons à saluer ce vote.

En effet, cette proposition de loi contient des dispositions importantes : la suppression de la barrière d’âge de 75 ans ; la possibilité de l’octroi d’une prestation sans limitation de durée ; des mesures sur les contrôles d’effectivité de la PCH ; des dispositions qui permettront enfin la parution du décret sur les fonds départementaux de compensation…

Face à un sujet d’importance majeure pour les personnes en situation de handicap et leur famille, nous saluons également l’implication de la Secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, Mme Sophie Cluzel, dans les débats qui ont permis l’adoption de ce texte porté par M. Mouiller au Sénat et Mme Elimas à l’Assemblée nationale.

Le vote d’une telle loi, une première depuis l’instauration de la PCH, est une avancée significative qui doit, cependant, être suivie des dotations budgétaires nécessaires à sa mise en œuvre.

Des échéances pour aller plus loin

Ces avancées doivent en appeler d’autres en particulier la revalorisation des tarifs et des montants de la PCH, l’élargissement du périmètre de la prestation afin que toutes les aides (aides à la parentalité, aides à la communication, activités ménagères) y soient intégrées ; la suppression de la barrière d’âge de 60 ans ; la suppression des restes à charge ; des dotations budgétaires pérennes, suffisantes et adaptées.

Nous attendons de la prochaine Conférence nationale du handicap des engagements forts et du projet de loi Grand âge et Autonomie, des mesures concrètes pour permettre à toute personne d’obtenir des aides à l’autonomie intégralement financées et à la hauteur de ses besoins.

Écrire un commentaire

Optionnel